Les abeilles


L’abeille domestique


Les abeilles sont des insectes très évolués mais néanmoins anciens. Leur présence sous forme de fossile remonte à 40 millions d’années. L’abeille domestique ou Apis Mellifera est un insecte au corps velu et à la taille peu apparente.

Cette espèce est divisée en trois groupes : la reine, les ouvrières et les faux-bourdons. La reine est la plus grosse abeille de la colonie. Elle peut mesurer entre 16 et 20 mm. Les ouvrières sont des femelles et mesurent environ 12 mm de long. Ce sont elles que l’on aperçoit en train de butiner à l’extérieur de la ruche. Les faux bourdons sont les mâles de la colonie.

Abeilles

Les abeilles ont des sens bien développés. Leurs yeux leur permettent de détecter le noir, le blanc, le jaune, le bleu, le bleu-vert et le violet, mais pas le rouge.

L’abeille domestique est végétarienne. Elle se nourrit de nectar, de miel et de pollen.

Les abeilles ont besoin de 7 000 heures de travail pour produire 500 grammes de miel!

Cycle de vie


Les trois premiers stades de l’abeille, soient les œufs, les larves et les nymphes, constituent ce qu’on appelle le couvain. La reine pond environ de 1 000 à 2 500 œufs par jour depuis le début du printemps jusqu’à la fin de l’automne, et ce, jusqu’à la fin de ses jours. Une ouvrière vit de 35 à 45 jours environ durant la saison active et environ 50 jours durant l’hivernage. La reine peut espérer vivre de à 5 ans mais la plupart du temps, sa durée de vie est de deux ans. L’abeille domestique habite surtout dans des ruches fabriquées par les humains. On peut trouver quelques colonies dans la nature.

Rôle de pollinisateur


La pollinisation est un rôle de l’abeille de la plus haute importance. Cette dernière transporte le pollen d’une fleur à l’autre et en assure ainsi la fertilisation par pollinisation croisée. Tout ceci contribue à améliorer la qualité des fruits de la plante ainsi que son rendement. Le butinage, lui, sert au maintien de la diversité végétale. L’abeille domestique fournit chaque année l’équivalent de plusieurs millions de dollars de miel, de cire et autres produits de la ruche, sans compter son inestimable travail de pollinisation.

Abeilles

La présence de ruches améliore la productivité d’une foule de cultures (bleuets et autres petits fruits, pommiers, canola, canneberges, tomates, concombres et courges, etc.). L’abeille domestique est l’insecte pollinisateur le plus abondant dans les régions agricoles du Québec.


La pollinisation permet d’augmenter le rendement des cultures par la quantité des fruits produits et par leur taille. Elle améliore la forme des fruits et légumes et leur durée de conservation.

Mode de communication


Les abeilles communiquent de différentes façons. Elles produisent des phéromones qui sont des substances odorantes qui agissent sur les autres individus dans l’entourage. La reine transmet des messages grâce aux phéromones dans le but d’attirer les faux-bourdons. Les ouvrières transmettent, elles aussi, des messages. Elles désirent ainsi inciter les autres abeilles à revenir à la ruche, ou elles souhaitent transmettre des informations concernant l’occupation d’un territoire. En cas de danger, elles émettent des phéromones d’alarme ce qui met les autres abeilles en état d’alerte.

Une autre façon de communiquer de l’information, c’est par une forme de danse. Les principales utilisées sont la danse circulaire ou danse ronde, la danse en huit ou danse frétillante. Ces dernières servent à expliquer aux autres abeilles les lieux et distances des sources de nourriture.

Habitat


Abeilles habitatÀ l'état naturel, les abeilles sauvages peuvent établir leur colonie à l'air libre, à partir d'un essaim suspendu à une branche d'arbre, dans les cavités d'un arbre creux (vivant ou mort) d’une roche, d’une cheminée ou de toute construction.


Les abeilles domestiques logent dans une ruche. Il s'agit généralement d'une caisse de bois, construite par l’homme et protégée par un apiculteur. Les abeilles butineuses y construisent leur nid pour élever leur progéniture et entreposer du miel pour l'hiver suivant, selon un rythme de vie bien défini.


La ruche Langstroth est la plus utilisée aux États-Unis et au Canada. Elle se distingue parce qu’elle est divisible. On constitue le corps de la ruche en empilant deux hausses. Cela simplifie la gestion des stocks de hausses mais aussi de cadres.


Un ensemble de ruches s’appelle un rucher. Le rucher moderne est souvent disposé à proximité d'un point d'eau, dans de bonnes conditions (généralement avec une orientation vers le Sud) et sur un terrain offrant une végétation mellifère.